09/04/2012 : Orpierre : Accident au "Pèlerin de Compostelle"

Participants : Jéromine, Jerry

En arrivant sur Orpierre, déjà, un parfum de "y'a comme un problème" flottait dans l'air. Pensez donc : un parking plein, un camping plein, pratiquement une cordée par voie dans les secteurs de couenne de l'Adrech, une superposition de cordées dans les grandes voies (pratique pour repérer le passage de la voie)... Pour éviter les embouteillages, on décide donc d'aller se lancer dans une grande voie en milieu d'après-midi.
Hélàs, en arrivant au pied de la voie prévue, nous ne pouvons que ocnstater qu'il y a déjà une cordée engagée. Nous nous rabattons donc sur "Le Pèlerin de Compostelle". Jéromine part en tête dans la première longueur.
Arrivée à la cinquième dégaine, elle bute sur un pas dur, fait quelques essais.
Le dernier essai sera celui de l'accident: deux doigts coincés dans une fissure, la voilà qui zippe et chute, ayant juste le temps de hurler "gaffe" qui m'a permis de rabattre plus rapidement la main côté corde(j'étais alors en train de lui donner du mou). Les deux doigts sortent de la fissure, en entaillant bien le majeur, qui saigne abondamment et enfle. Le doigt est douloureux, elle ne peut plus le plier. Retour par le sentier direction les urgences de Gap. Verdict: rien de cassé, mais un hématome sous l'ongle, une grosse frayeur et un doigt amoché et difficile à plier.

Orpierre : Secteurs Belleric + Cascade

L'idée de départ était d'aller grimper à Sigottier, mais un troupeau de chèvres et moutons gardés par des patous montrant crocs nous a fait reculer. On s'est donc rabattus sur Orpierre. Finalement, ça nous aura permis de grimper à l'ombre (et donc au frais).

Gorges d'Agnielles

Séance couenne bien sympa, même si les voies ne sont pas vraiment évidentes à trouver...

07/03/2012 : Grésine

Nom: Cotation Jéromine: Jerry
???
5a En second, arrêt au 6ème point En tête
??? 5b En second, 5ème point En tête
??? 6a Second, 3ème point

En tête

???
6a+ En second, arrêt au 3ème point En tête
???
6b En second En tête
???
6c+/7a En second, 3ème point En second

Bonne petite sortie, même si il faut bac+10 pour comprendre le topo très schématique...

03 et 04 /03/2012 : Le Claps : La Grande Dalle et blocs

La Grande Dalle: Sortie agréable dans une grande voie en une dalle quasi lisse et pas trop redressée.

Le chaos: De la couenne sur des blocs immenses, impressionants. L'équipement est parfois un peu limite, selon les secteurs.

22 et 23/02/2012 : Grimpe en Provence

22/02/2012 : Buis-les-Baronnies : Rocher Saint-Julien

L'objectif du jour était la traversée des arêtes du St-Julien.
Approchant par un mauvais sentier, nous avons commencé l'arête bien au dessus du point de départ normal après une petite escalade sur ses contreforts S (photo 1)
Progression en corde tendue à 40m.
Après un passage en rasoir, j'arrive au pied d'un ressaut, où je décide d'installer un relai sur un goujon qui traînait par là, et je commence à assurer Jéromine. La corde défile régulièrement, et tout à coup, plus rien. Je hurle "Ça va?", en réponse auquel j'entends difficilement un "non!". Je verrouille alors la corde avec un nœud de mule (sécurisé) et commence un parcours type "via ferrata sur corde" pour redescendre le plus bas possible. J'en suis quitte pour une belle frayeur. Dans le genre manips à la con... Ma longe n'est pas une longe de via: je n'ai pas le droit de tomber!
Une fois tous les anneaux de buste défaits, j'essaie de lui parler. Il y a plus de réseau qu'au ressaut. Verdict: crise de panique.
Après transmission des directives, je refais le chemin en sens inverse pour débloquer le relai, lui donner du mou pour qu'elle puisse aller se vacher à un relai chaîné et m'assurer. Nouvelle séance d'adrénaline puisque je n'attends pas d'être correctement assuré: j'avance en ravalant des anneaux de corde.
Depuis le relai, nous descendons en un rappel de 47m et allons manger.
Dans l'après-midi, nous avons tenté d'approcher le secteur A sans jamais le trouver, et ce n'est pas faute d'avoir cherché...

23/02/2012 : Sigottier : Couennes

Secteur "Rocher d'Agnelles":

Nom: Cotation Jéromine: Jerry
Attack Pack 5a En second, arrêt au 3ème point En tête
La Guerre des Étoiles 5b En second En tête
Sans Nom 6a Non tenté

En tête jusque sous le relai

Secteur "Initiation"

Nom: Cotation Jéromine: Jerry
Marché Fun 4b En tête En tête

Réveil un peu frais, marche d'approche idem, mais ça se réchauffe vite.
Tentative pour ma pomme dans une 6a/-b, où j'ai assez lamentablement échoué avant le premier relais, d'où réchappe sur nœud Dufour avant déplacement vers le secteur d'initiation
Les voies de ce site sont parfois un peu patinées, mais malgré cela le calcaire est très adhérent, très sculpté dans les dalles, d'une qualité remarquable... En un mot: Magnifique!

28/12/2011 : Saint-Léger : Rocher du Mollard

Petite sortie pour profiter un peu en falaise. Au départ, le projet était Ste Marie de Cuines, mais l'arrivée à l'ombre avec le soleil derrière la crête et un paysage figé par le givre nous ont ramené sur une falaise mieux exposée.

28/10/2011: Le Sapey - Pointe Centrale : Moulinettes

Au départ, nous étions partis pour faire "délit de fuite". Partis tôt, en plus, pour être certains de pouvoir terminer la voie.
J'hérite, je ne sais pas trop pourquoi, de la charge de leader dans L1, un bon 5c déversant avec inversées dans lequel je passerai un certain temps... Jéromine abandonnera à cause d'une onglée.
On décide alors de s'occuper avec les moulinettes. Beau secteur pour ça, le rocher est bon voire excellent. Un drôle de 6a déversant nous a tenu en échec...
Entre deux voies existantes, vers l'extrémité droite du secteur "Anastasia", nous nous sommes offerts le luxe d'une ouverture d'une couenne sur coinceurs (nuts + un petit friend pour protéger le passage du bombé, partant à l'extrémité gauche de la terrasse aménagée.
Le départ est caractéristique avec sa fissure en croix surmontée d'un bac. Et elle se nomme... "Vegetal Crack"... Du nettoyage est à prévoir, végétation dans les fissures, prises terreuses à souhait...
5a, pour la cotation.

2 Octobre 2011

Matin: Les Chéserys - Voie du psychiatre

Un voie... Une belle voie. Pas trop dure (du IV max), la seule voie en terrain d'aventure des Chéserys. voir à ce sujet le topo de la voie sur Camptocamp

Après-midi: Aiguillette d'Argentière - La Biscante

Après être revenus au pied des dalles, l'idée nous prend d'aller faire un tour aux aiguillettes. Une voie magnifique avec un final aérien. Certaines cord"es commencent le périple à L3... C'est se priver du pas dur de la voie, l'enjambement d'une faille...

 

 

3 Septembre 2011 : Chamrousse - Tourelles de l'Homme : Coup de Blues

Le topo camptocamp

Une voie sympathique, 4 longueurs en V+ max le temps d'occuper la matinée en attendant que Jéromine ait fini de travailler.
Merci à Olivier et Josiane pour la découverte d'un coin bien sympathique.
Et pendant ce temps, sur le pilier juste à droite, Cambon ouvrait et purgait ce qui avait l'air d'être une ligne prometteuse.

29 Août 2011: Aiguille du Midi: But en beauté dans la Rébuffat-Baquet

En beauté, celui-là. Vraiment.
Tout d'abord, mon père n'a pas réglé les crampons qu'il a pris, ce qui fait qu'ils s'enlevaient régulièrement au cours de la descente de l'arête de l'aiguille du Midi. Je crois bien n'avoir jamais eu autant peu qu'en ce jour sur cette arête...
Ensuite, on se trompe d'attaque, passant par un systèmes de dièdres-fissures poussiéreuses entièrement sur coinceurs, après avoir approché en franchissant une roture délicate et fait un relais sur broches.
Ladite longueur se termine d'ailleurs par un dévers en V+ dans lequel je commence déjà à tétaniser. Mon père a fait relais sous le premier toit, c'est à moi de jouer. J'ai déjà mal aux pieds à cause de mes chaussons...

Un passage en dalle en V+ passé en tire-clous, un friend posé dans la traversée sous le gros toit, et je fais un relais sous celui-ci, là où sont placés 3 spits.
Pour la suite, j'ai décidé de suivre en second.
La sortie du toit avec un gros sac duquel dépasse le piolet est d'anthologie. Puis la fissure en S... Heureusement qu'il y a les clous pour se tirer.
Mon père fait ensuite la moitié de la 3ème longueur. Il est déjà 15h30, la dernière benne est pour 17h30, on commence à passer à l'ombre... Bref, toutes les conditions sont réunies pour un beau but en 3 rappels. Un correct en dalle. Un fil d'araignée non loin, d'après mon père, du toit de "Ma Dalton". Puis un pendulaire pour prendre pied sur le glacier, après avoir remis nos chassures d'alpi au relais précédent.

La remontée fut éprouvante moralement. Mon père, ayant abandonné l'idée de remonter avec ses crampons aux pieds, ne peut pas se décaler hors trace pour laisser passer les cordées descendantes, et doit globalement faire très attention à son posé de pieds.
Il sera malgré tout pris pour un guide local à cause de la couleur de sa veste par les employés du télécabine chargés de distribuer les numéros de cabine.

28 Août 2011: Mont Oreb: L'été Indien

Voici une grande voie dans des conditions un peu spéciales... Départ à 15h30 du parking, compter une heure d'approche... Avec la nuit qui tombe de plus en plus tôt, ça promet d'être speed.
Effectivement, on a assez vite avalé les longueurs, bien qu'on aie shunté la longueur difficile par celle d'une autre voie plus facile juste à côté.
On n'est pas allés en haut. En revanche, sur le chemin du retour, on a eu droit à de jolies lumières sur la Verte.

21 Août 2011: Les Chéserys: Dalle bleue

Pour ce deuxième parcours de la dalle bleue, j'avais envie de faire en tête les longueurs que j'avais faites en second autrefois. C'est en partie chose faite, et la seule chose que je dirai, c'est que J.Marc a eu bien du cran de se farcir le dièdre de la 2ème longueur lorsqu'il était mouillé.

Du 13 au 15 Août 2011: séjour dans les dolomites de la Brenta

Descente dans les dolomites, départ le Vendredi 12 à 20h. Temps de trajet prévu: 8h. Mais ça aura valu le coup.
2 grandes voies, du repos, du soleil... Que du bonheur, même si les 5b italiens sont plus que simplement 5b...

Du 13 au 16 Juin: Grimpe-Trip au Verdon

Départ de Chézery le Lundi 13, à l'improviste...

Le temps s'annonce meilleur dans le Sud que par chez nous...

Donc on y est allé...

3 grandes voies au total, la ligne de rappel des Dalles Grises + les 3 premières longueurs du Pilier des Écureuils; la Dérobée variante de sortie par le Rasoir; Adieu Zidane.

Houlà! Mais cest que je prends du retard!

Vite, il faut le rattrapper:

 

Du 8 au 12 Juin 2011: Grimpe à Ailefroide

Avec Jéromine

 

Départ le Mercredi 8 de Grenoble... Sous la flotte... Voyage en majorité... Sous la flotte...

On s'arrête faire quelques courses à Briançon, puis on continue jusqu'à Ailefroide. Quelques petits tours, et il faut monter le campement.

Le lendemain, séance couenne, histoire de s'habituer au rocher. Et il faut, effectivement. La dalle est très particulière, tout en adhérence. Quelques longueurs sans trop de soucis au final, sur du rocher relativement sec, dans les secteurs des étoiles et de Rainbow Warrior.

Le Vendredi, on se lance enfin dans notre première Grande Voie: Écrins Total.

7 longueurs en 5c+ max. Ça déroule relativement bien en 4h30 à peu près, rappels compris.

On se fait piquer une dégaine, laissée suite à un tirage au clou mais récupérable en descendant en rappel. Pas grave! Ce fut une belle voie, c'est ce qui compte!

Le Samedi, nous devons revoir l'objectif initialement prévu. La pluie nocturne a détrempé "Ein, Zwei, Draye", que nous comptions faire.

Après quelques recherches, nous optons pour Orage d'étoiles, sur les contreforts du Pelvoux.

On part, suivis de près par une autre cordée, que nous laisserons passer un peu plus haut dans la voie, et 8 italiens.

Les longueurs en adhérence surprennent un peu au départ, puis on s'y fait et ça déroule assez bien.

C'est quand-même dur pour les pieds et les chaussons.

8/05/2011: Les Chéserys : Voie de l'EMHM

Essai (1/2)
7h57. Le rendez-vous est fixé à 8h. Dans la Rupimobile, je m'approche du parking de Tré-le-Champ, où nous avons rendez-vous.
Le tout sous une pluie qui augmente petit à petit depuis que j'ai quitté Argentière.
Pô est déjà sur le parking. La météo est incertaine. On décide d'y aller quand-même, quitte à aller dans des "échelles".

Début de la marche d'approche sous la flotte... Mais ça se calme vite. Quelques cris de marmottes nous parviennent aux oreilles.
Il est bientôt 9 heures, et nous sommes seuls au pied des Dalles, avec l'embarras du choix. On choisit une classique, l'EMHM.
Pour m'amuser, je décide de faire la voie en Grosses...

Ben ça commence bien. Premier pas de L1, micro gratton... Je manque de zipper, mais tout se passe bien. De la dalle.

J'arrive à R1 sans trop de difficultés, assure ma coéquipière dans L1, puis dans L2.

Maintenant, je prends L3. Du 3. Puis L4, du 5b.

Mais là, je merdouille dans la gestion du tirage et me retrouve vite à tracter un âne mort.

Pô passe la dernière longueur avec une grande aisance, puis m'assure.

Nous partons ensuite corde tendue à la recherche du premier relais de la ligne de rappels dans la gorge.

Je nous fait descendre trop bas (hé oui), on doit remonter.

Au cours du dernier rappel, la corde rose se coince derrière un becquet alors que je suis en dessous... Je gagne mon ticket pour une remontée sur corde... Mais ça se passe bien.

25/04/2011: Aiguille S de la Glière: Mani Puliti

Le topo sur camptocamp.org

De la nécessité de bien lire les topos
Car il vaut mieux les lire correctement, et avoir des topos valables, aussi.
En arrivant au pied de la voie, sur une bonne couche de neige, je remarque un relais un poil plus haut.
"Ça doit être un genre de R0" que je dis.

Et ni une ni deux, nous voici partis dans la fin de la première longueur (le début étant recouvert par la neige) sans corde ni rien.
Solo intégral!
Heureusement que ce n'était que du III

On se vache et on s'encorde ensuite... Sans savoir que nous étions à R1, ce qui allait nous valoir quelques petites incompréhensions d'itinéraire ensuite:

"Dis voir, c'est bien dur, pour un 4b..."
et moi, au hasard: "bah je sais pas... C'est parce que c'est du 4b chamoniard..."
Tu parles... Il est dans le 5b attendu pour la longueur suivante...
Mais ça, on ne s'en apercevra que plus tard...

Suivi d'une grosse confusion dans les relais (j'étais prêt à enquiller L5 et L6 en une seule longueur, pas malin au vu du tirage dans la seule L6), croyant aller dans L4...
Sinon, L6 est très sympa, plus impressionnante par son coté "gazeux" que difficile. C'est très prisu.
Bref... On est quand-même arrivés en haut, pour redescendre sans problèmes en 4 rappels et une longueur sur arête.

22/04/2011: Champfromier: Champfromania

Enfin

Il était temps de sortir cette voie. Enfin, cette deuxième longueur.

Aujourd'hui, toutes les conditions sont réunies: du soleil, parsonne en dessous, deux jeunes gens motivés...

 

Donc on y va.

 

Anais prend la tête dans le début de la première longueur, mais se voit contrainte de redescendre. Son genou ne lui permet en effet pas d'engager.

Je prends donc la suite de la première longueur, arrive au relais, et fait monter ma compagne de cordée.

 

Une fois arrivée au relais, elle reprend l'assurage, et je me lance.

 

Tou sa passe plutôt bien jusqu'à la traversée.

Là, je tricote un peu, et cherche mon passage. Après de longues hésitations, je finis par arriver au clou où j'avais buté la fois précédente.

Et là...

 

La révélation me vient enfin.

 

Je m'élève au dessus du clou, attrape main gauche une magnifique écaille, puis des deux mains une superbe fissure qui court à l-angle du toit, pour sortir par la gauche.

 

Quelle sortie magnifique. Ici, le rocher redevient excellent, la strate de merdouille étant passée, et le caractère aérien donne une touche excitante à ce pas.

 

Du relais quelques mètres plus haut, j'assure Anaïs, qui sort aussi le pas sans trop de soucis.

Apparamment, elle se l'est collée une fois quand-même, mais je n'ai rien senti.

Vive les cordes dynamiques!

3/04/2011: Le Sapey: Les travaux d'Hercule

En passant par les clous...
Eh, figurez-vous qu'on a remis ça... Se paumer au cours de l'approche.
Mais c'est allé, les conséquences ont été faibles. La dernière fois, on était arrivés à un tout autre secteur. Ici, nous étions juste un peu trop haut par rapport au chemin. Bref...

Sauf que cette fois ci, il y avait du monde dans "notre" voie: Délit de fuite.

Ben du coup, on a obliqué vers les Travaux d'Hercule. Tous seuls dans la voie... Royal!

Hop, une première longueur en 5sup en second... Faudrait voir à pas se fatiguer.

Hop... Ah non, pas hop, la seconde longueur. Ça rame un peu jusqu'à ce que je trouve une mini inversée qui me permet d'être à l'aise pour le mousquetonnage.
Après, on a enchaîné la suite, sauf L7 dont le pas de départ est spécial, jusqu'à... L8.

Là ça se Corse, Savoie aller moins bien (âmes sensibles s'abstenir). On ne sait pas où se trouve le relais, et on tricote donc un peu avec deux points rapprochés, deux clous mousquetonnés au dessus...
Seine et te ment hasardeux et "sac de nœuds"

Et là... Mon père se lance dans la dernière longueur, avec son toit en 6b+, 6a si on tire aux 3 clous.
Ben mon colon...
Pas fou, je laisse mon père y aller en premier...

Ça racle, ça tire sur le clou, ça coince tout le corps...
Mais il passe.
En posant un stopper.

À moi. Première partie ok, et on arrive au toit... Ça racle... Mais ça passe mal. Premier clou, passé sans tirer dessus (chuis fier!). Mais j'aurai tiré à 3 points quand-même, m'aidant un peu du stopper pour aller chercher cette #"{[||**$ø de prise.
En descendant, on croise une autre cordée, partie après nous.
9 rappels et on est en bas, il est 17h30.

On ne sera pas de retour pour l'apéro...

27/01/2011: Dalle de la bleue aux Chéserys

Vous connaissez camptocamp.org? Non? Eh bien vous devriez. Ça permet de rencontrer plein de gens intéressants. Pensez donc.

Le week-end du 26 Mars est l'occasion pour les membres de l'association qui gère ce site, camptocamp-association, de se retrouver pour:

1. Faire l'AG le Samedi soir

2. Faire de la montagne le reste du temps

 

Or, le soir du 26 Mars, après une journée couennes aux Gaillands, on écoute patiemment ce qui se dit par ceux qui sont allés aux Chéserys ce jour-ci.

Les voila qui nous apprennent que c'est en conditions. C'est décidé, demain, c'est grande voie aux Chéserys.

 

 

-Dites, vous êtes sûrs que c'est par là?

C'est le questionnement d'un des membres du groupe nous voyant partir à gauche quand le panneau indique "Les Chéserys" à droite...
Point topo... Topo ne comportant pas de tracé bien sur... Juste une vague description nous disant de repérer un réseau de cheminées dans les dalles après avoir cheminé pendant 40min sur le chemin.
Des cheminées, soit... Mais y'en a en différents endroits.
Un détail, heureusement, nous remet dans le droit chemin: Thom et trois compagnons, qui sont montés aux dalles la veille, ont marqué la piste.

Pensez donc, il n'y a qu'à suivre les trous!

Donc, merci Thom pour cette piste marquée.

Au pied des voies, notre groupe se divise en trois cordées.
Krist@f part avec Baghi dans la Voie de l'EHM, pendant que F@bien et Âlex se lancent dans la Voie Blanche, et que J.Marc et moi-même attaquons la Dalle Bleue.
Je prends la première longueur, bien sur les pieds...
J.Marc me rejoint au relais, et part vite dans la seconde longueur, où il doit traverser une plaque de neige...
Et dire que nous avions si consciencieusement séché nos chaussons au départ de la voie.

-Fais gaffe!
-T'inquiètes...

Il semble hésitant... D'où je suis, je ne vois pas trop pourquoi... Une fissure qui semble assez bonne...
Ô combien je me trompais. Bonne, mais si elle est sèche.
Car là, elle était pas mal mouillée. Les pieds qui zippent, les mains moites dont on ne garantit rien en terme d'adhérence... Bref, ça passe, mais un peu bizarrement.

Pour la suite, un 4c/5a un peu long, un 5c un peu retors, une bonne sortie... Un peu humide par endroits, mais sans plus.
La descente en rappel, quoi que sans histoire, a amené quelques réflexions. Pour les deux premiers, plusieurs relais d'arrivée s'offraient à nous. À chaque fois, ceux choisis nous menaient en quasi bout de corde.

Le retour s'est fait en pataugeant un peu, mais sans plus. Je posais mes pas dans ceux des personnes qui faisaient la trace lorsque cela tenait, et à côté lorsque ça enfonçait... Avec plus ou moins de succès.

Un dernier petit verre au retour à La Boerne, et c'est l'heure de repartir.

Merci à tous les membres de l'assoce qui sont venus pour ce super week-end, et au plaisir de vous revoir!

29/01/2011: Champfromier: But à Champfromania

Parce que la grimpe, ce n'est pas toujours des succès...

 

Champfromania est une voie de 2 longueurs... La première, je l'ai déjà parcourue plusieurs fois... Rien à en redire.

L2, par contre, je ne l'ai jamais faite... Et comme il faut un début à tout...

 

Rarement faite, à ce que l'on dit. À cause du rocher péteux, à ce que l'on dit... J'allais enfin apprendre ce que "rocher péteux" signifiait vraiment. Mais ça, je ne m'en doutais pas en partant du relais. Mais là, en ce début d'après-midi, sur du rocher sec et avec personne en dessous, il fallait tenter...

Départ de R1 assez sympa, clippage de quelques plaquettes... La voie tire légèrement à gauche.

Et ça se gâte. Un point est derrière un mur, complété d'une cordelette vieille comme la voie (probablement) permettant (théoriquement), d'allonger un peu pour passer le mur et limiter le tirage... Car la voie fait un joli angle à 90° sur 5 ou 6 mètres, avant de remonter allègrement vers un petit surplomb...
Coup de sang... Je refuse catégoriquement de passer une dégaine dans ce bout de corde. Et je n'ai pas de couteau... Patiemment, je défais les nœuds et patiemment, mon père m'assure en se caillant un peu (beaucoup) les miches. J'enlève la corde et clippe le point, me félicitant d'avoir emporté une dégaine à rallonge. Comme quoi, ça peut servir en falaise aussi...

Je continue la voie. Un nouveau point. Clic... Hop, facile, la traversée sur vire, même si c'est sur du rocher pourri qui part assez facilement... "Difficile", cette voie? Ah... Alors, voyons voir, la suite... La suite... La suite disais-je... Ah, en tirant un peu sur le clou pour m'élever un peu, je repère une plaquette à gauche, masquée par un bombement.
Je me redescends du clou (quand-même...) et tente de monter tout droit. Un essai, puis deux... Ce n'est pas tout droit. Il faut en effet encore traverser un peu puis remonter en suivant une fissure. Bien entendu, le rocher est désormais extrêmement péteux, ce qui n'est pas pour me rassurer... Allez, je monte... et m'élève vers le clou. En y arrivant, un détail me saute aux yeux: un maillon rapide rouillé y occupe déjà une petite place... D'autres ont du y buter il y a quelques années... Je clippe. Et là, je ne vois plus rien... Le surplomb me bouche la vue, et trois possibilités s'offrent à moi:

  • utiliser l'arête à gauche
  • tirer tout droit dans le surplomb en me servant de la fissure
  • tirer à droite du surplomb avec une autre branche de la même fissure.

Un rapide tirage au clou me permet de m'élever de un mètre et de voir un point loin, très loin, droit au dessus de moi, loin au dessus du surplomb... Je n'en vois aucun de l'autre côté de l'arête, rien à droite du surplomb... J'hésite...

Au relais, mon père a de plus en plus froid et m'exhorte donc à laisser tomber. Aussi, comme mes illustres prédécesseurs, je me vache au clou, sécurise ma corde, me décorde, la passe dans le maillon et me laisse descendre au relais.

Je ne sais pas si mon père a un jour descendu un rappel aussi rapidement que celui-là. Il faut dire que le soleil se bornait à éclairer le pied de la voie uniquement...


Mais il manque quelque chose, me direz-vous...
Eh oui, j'ai toujours ce bout de corde dix ans d'âge avec moi...
La preuve: http://img810.imageshack.us/img810/272/corde.jpg

25/01/2011: Couenne à Grésine

Un peu de couenne histoire de garder la forme... et initier une grimpeuse de SAE au contact du rocher, à la pose d'une moulinette, à la grimpe en second et à la descente en rappel... Programme chargé.

 

Elle: "Choisis-moi un truc facile, genre 4..."

Je, sans topo: "Okay, ici c'est du trois"

Après quelques difficultés, elle pose le relais...

Le lendemain:

Moi: "Au fait, j'ai regardé dans le topo... Le 3, c'était à droite de celle que tu as fait, qui est elle-même 5c/5c+"

Elle: "Ah..."

 

Moralité: la difficulté, c'est dans la tête!!!

16/01/2011: Pointe de Dran: A Capella

Autant l'indiquer tout de suite, A Capella n'était pas l'objectif de départ. L'objectif de départ était Délit de fuite à la pointe centrale. C'est par un erreur d'itinéraire que l'on s'est retrouvés bien loin du départ de la voie convoitée.

Pourquoi? Parce que "on va prendre par là, c'est un raccourci" dixit mon père.

Voilà...

 

Après une séance "pédalage avec neige jusqu'aux genoux", on casse la croûte au pied de la voie et on commence à parler tactique. À savoir "qui fait quoi". Afin que je puisse faire la 3ème longueur en 6a, je prend la tête dans la première. Après une attente due à un sac de nouilles et une quasi erreur de relais, j'arrive au premier de la voie.

Deuxième longueur sans histoires, en second.

Troisième, ça pose problème... Une langue de leige nous sépare d'un point un peu plus haut... Pour assurer le coup, je contourne un becquet, dont il me faut redescendre un peu pour reprendre pied sur la langue de neige. Et, comme un idiot, je charge la neige sans tester. Un micro pont de neige se romp sous mon pied droit, et mon tibia frotte contre le rocher, me laissant une jolie balafre blanche par endroits. Après cinq minutes de repos le temps de passer un peu la douleur, je repars pour enfin clipper le premier point. Un tricotage et la corde est enlevée du becquet, et je peux partir dans la suite. Un petit (minuscule) surplomb avec une grosse lunule qui va bien plus tard, j'arrive devant quelques cannelures. J'essaie tout droit... Pas convaincant... Je me déporte sur la gauche... Pareil... Ou presque: en cherchant à revenir sur la droite, je remarque quelques prises de pied. Avec quelques tâtonnements, ça passe. J'apprendrai au relais qu'il fallait en fait aller à droite...

Pendant que mon père est en tête dans la longueur suivante, un gros bloc de glace se décroche d'au dessus un surplomb bien à notre droite et va s'écraser contre la paroi avec fracas...

Les deux dernières longueurs, je les ai faites en second, en partie au tire-clous (même si maintenant on doit dire points d'aide). Et aussi en tirant un peu à la corde à un passage que mon père me décrit comme "horrible", tout en adhérence.

Quelques rappels et hop!, nous voici au pied de la voie. Retour sans histoire, au parking nous croisons des grimpeurs partis, eux, dans "Délit de fuite". Ils ont eu des plaques de neige aussi.